Chaire Santé Mentale

Chaire Santé Mentale

Les troubles psychiques concernent un nombre important de personnes (25 % de la population mondiale sont ou seront concernés selon l’OMS) impactant la vie sociale, professionnelle, l’activité ainsi que la santé physique des personnes concernées et de leurs proches. Malgré le potentiel de traiter avec succès les troubles mentaux, trop peu de personnes concernées reçoivent le traitement le plus élémentaire. En France, 40 à 60% des personnes souffrant d’un trouble psychique ne seraient pas prises en charge.

// Le constat

• 25 % de la population mondiale sont ou seront concernés selon l’OMS

• En France:
- 15 % des 10 20 ans ont besoin de suivi ou de soin

- 40 à 60% des personnes souffrant d’un trouble psychique ne seraient pas prises en charge

- 9 300 suicides et 200 000 tentatives de suicide par an, soit 24 décès par jours

• Les dépenses en soins de santé mentale et de psychiatrie correspondent à 25 Md€ par an environ. Il s'agit du premier poste de dépenses du régime général de l’assurance maladie par pathologie, avant les cancers et maladies cardio vasculaires.

• Le coût économique et social des troubles psychiques est lui évalué à 109 Md €/an.

• La plupart des malades souffrent à la fois d’un problème physique et d’un problème mental. La
comorbidité est clairement établie entre les troubles mentaux et les maladies chroniques telles que le cancer, les maladies cardio vasculaires, le diabète et le VIH/SIDA.

//Les axes stratégiques de la Chaire Santé Mentale

  • Prévention de l'émergence des troubles psychiatriques dans la population générale

  • Prise en charge précoce des troubles psychiatriques chez les 15-25 ans

  • Prévention de l'aggravation des troubles psychiatriques chez les patients atteints de troubles psychiques

Les projets  :

Programme PRESTO (PRemiers Episodes Sensibiliser Traiter Orienter)

Impact d'un programme d'identification précoce des premiers épisodes psychotiques sur la durée de psychose non traitée

Projet PLANCO-ISO

Étude randomisée contrôlée sur l'impact du Plan de Crise Conjoint (PCC) sur le recours aux mesures d'isolement

Projet PLAID-CARE

Au sein d'établissements moins coercitifs, il s'agit :

- Identifier les facteurs ayant favorisé la mise en place de ces environnements moins coercitifs

- Identifier et caractériser les savoirs et pratiques des professionnels

- Identifier et caractériser les formes d'organisation, de coordination et de coopération mises en place

- Spécifier le rôle des différentes parties prenantes

- Identifier et analyser les effets du moindre recours à la coercition sur le parcours de soins des patients

Projet TransPsyCo : Approche transdisciplinaire en psychiatrie et en santé mentale: déterminants, impacts et leviers d’action en faveur de la moindre coercition

Afin de pallier certaines insuffisances des recherches et stratégies de santé en faveur d’une moindre coercition, ce projet vise à établir, par une approche transdisciplinaire et multi-méthodologique, les leviers d’action permettant d’engager une évolution progressive des systèmes de santé.
L’approche résolument transdisciplinaire proposée visera à 1) comprendre et mesurer l’intrication des déterminants expliquant l’usage des mesures coercitives mais également, par corolaire, le moindre recours à ces mesures ; 2) quantifier plus avant les impacts des mesures (moins) coercitives ; 3) déterminer les leviers de changement, ceci dans une perspective d’aide à la décision. Ces trois axes seront déclinés à trois échelles d’observation : individuelle, systémique et territoriale.

Contacts

Eric Fakra
eric.fakra @ univ-st-etienne.fr